I.M.O – Intégration par les Mouvements Oculaires

Cette technique, proche de l’EMDR, est très efficace pour traiter les syndromes post-traumatique et les phobies.

Elle s’adresse en grande partie aux personnes ayant une modification comportementale notable, consciente ou inconsciente, suite à un traumatisme.

En fait, après le traumatisme vécu, tous les choix de la personne vont être conditionnés par ledit traumatisme.

Elles vont revivre régulièrement l’événement traumatique sous forme de flash ou de rêves et peuvent avoir des réactions fortes et incontrôlées qui vont considérablement modifier leurs attitudes dans la vie de tous les jours.

Lors du choc traumatique, le cerveau fige en une fraction de seconde, tout ce qui compose l’évènement.

Tous nos souvenirs, du plus anodin au plus important, sont conservés quelque part dans notre cerveau.

Cependant, nos processus conscients ne nous permettent pas d’accéder à toutes ces informations mais seulement à une petite partie d’entre elles.

Les autres souvenirs sont conservés sous forme émotionnelle et multi sensorielle, ce qui ne les empêche pas de continuer à influer sur notre comportement à notre insu.

L’IMO permet d’accéder à ces souvenirs, de les intégrer et, de cette façon, d’activer notre propre processus d’autoguérison.

 

L’IMO comme l’EMDR ont des points communs importants.

On s’intéresse aux traces neurologiques laissées par les événements traumatiques. Par ailleurs, on observe des effets similaires lors d’un traitement en matière de réactions physiques, émotionnelles, cognitives, visuelles, auditives, etc…

Sur quoi repose l’IMO ?
Ce traitement se fonde sur les principes de la programmation neurolinguistique (PNL). Ainsi, la direction du regard indique le type d’information auquel le cerveau est en train d’accéder. L’IMO est une thérapie active, où le patient va s’impliquer dans l »analyse du traumatisme où de la phobie dans tous les domaines de sa vie avec l’aide du thérapeute. Après l’analyse et l’organisation du phénomène étudié, des segments de traitement oculaires sont définis par le patient et e thérapeute.

Les segments – c’est-à-dire la direction des mouvements oculaires que le patient est amené à suivre – diffèrent dans les deux techniques. En IMO, les segments se font dans différentes directions, à la vitesse demandée par le patient.

De manière générale, la perception des stimuli visuels peut se faire à partir de trois types de mouvements oculaires.

En anglais, ces mouvements se nomment fixation (la fixation), saccadic eye movement (les mouvements par saccades) et SPEM, c’est-à-dire smooth pursuit eye movement (la poursuite visuelle continue).

La fixation correspond à l’action de centrer son attention sur un point immobile.

Les saccadic eye movements, quant à eux, correspondent aux mouvements oculaires rapides, par saccades. 
Pour ce qui est du SPEM, il consiste à suivre lentement et sans à-coups une cible en mouvement.

 

Lors des traitements, l’IMO et l’EMDR font appel à des types de mouvements oculaires différents. Alors que c’est le SPEM qui est sollicité en IMO, l’EMDR utilise plutôt les saccadic eye movements.